Golden Gate Quartet

(Website)

Depuis plus de 75 ans, le Golden Gate Quartet interprète les chants de nos ancêtres…
En tant qu’esclaves, ils n’avaient le droit de chanter qu’en cultivant le coton et pendant l’office à l’église…
Cette protestation religieuse était la seule tolérée par les maîtres. C’est comme ça que sont nés les Négro Spirituals, les Gospels et plus tard le blues…
Dans le spectacle, nous rendons hommage à ce vieil esclave qui se sentant partir, chante entouré de tous ses frères…

“Nobody knows the trouble I’ve seen”

Clyde Wright

__________

S’il a contribué à faire entrer la musique noire dans la légende, le Golden Gate Quartet n’en garde pas moins toute son actualité en 2010. Près de 80 ans après avoir surgi dans le Vieux Sud de la ségrégation, il illustre aujourd’hui sa vitalité créative en publiant un nouvel album événement dont le titre, Incredible, est à la mesure du sens de l’innovation dont il a toujours fait preuve.
Tout au long d’une carrière exemplaire, le GGQ a vu sa composition évoluer à diverses reprises. Mais son manager actuel, le ténor Clyde Wright (entré dans le groupe en 1954), au même titre que ses collègues Anthony Gordon, Frank Davis et Paul Brembly (pilier du groupe depuis son arrivée en 1971, à la demande de son grand-oncle Orlandus Wilson, et leader des Gates depuis la mort ce dernier), a toujours pris soin que le quartet reste irrémédiablement fidèle à la vision artistique novatrice qu’il s’était fixée à ses débuts.
Contrairement à des ensembles vocaux tels que les Four Tops, les Temptations ou Earth Wind and Fire dont la composition actuelle n’a plus grand rapport avec leur réalité d’origine, le Golden Gate est un continuum, conçu dès sa naissance pour surmonter l’épreuve du temps. Lorsque Orlandus Wilson et Clyde Riddick (respectivement membres du groupe de 1936 et 1940 jusqu’à leur mort en 1998 et 1999) engageaient une nouvelle recrue, la première chose qu’ils lui enseignaient était le respect de la tradition et le goût de l’innovation. Clyde Wright, acteur essentiel de l’histoire du Golden Gate, n’a jamais considéré ce double objectif comme une contradiction, mettant un point d’honneur à veiller à ce que le Quartet conserve son esprit d’avant-garde.
Cette insistance sur l’originalité semble inscrite dans l’ADN du Golden Gate. Imaginé par un coiffeur de Berkeley en Virginie avec l’aide d’un ami et de deux élèves du lycée Booker T. Washington de la ville toute proche de Norfolk, le Quartet a entamé sa carrière en interprétant des spirituals à la façon des ensembles universitaires noirs qui avaient popularisé le genre au lendemain de la guerre de Sécession.
La force du GGQ depuis un demi-siècle est d’avoir su conforter ce statut d’ambassadeur de la musique noire américaine à l’échelle planétaire. Avec près d’une centaine de pays à son palmarès et de nombreuses tournées effectuées à travers l’Afrique et l’Asie à l’invitation du Département d’État américain, le Golden Gate est devenu depuis une véritable institution.
Avant tout, ce succès traduit la volonté constante du groupe de ne jamais rompre avec le besoin d’innover qui l’anime depuis ses débuts. À l’âge où d’autres penseraient à prendre leur retraite, le leader de la formation, Clyde Wright, entend poursuivre sur cette lancée. Après avoir contribué à faire le lien entre l’âge des spirituals et l’ère du gospel, après avoir annoncé la révolution hip-hop grâce aux longs monologues, ancêtres du rap, qui caractérisent son répertoire depuis des décennies, le Quartet aura démontré que la modernité de son art, à l’écart des modes, était le fruit d’un état d’esprit inaltérable.
Cet album gorgé de soul en est certainement la meilleure preuve.

Sebastian Danchin

Albums

Incredible

Label: Dixiefrog
Distribution en France: Harmonia Mundi
Date de sortie en France: 07 Octobre 2010

S’il a contribué à faire entrer la musique noire dans la légende, le Golden Gate Quartet n’en garde pas moins toute son actualité en 2010. Près de 80 ans après avoir surgi dans le Vieux Sud de la ségrégation, il illustre aujourd’hui sa vitalité créative en publiant un nouvel album événement dont le titre, Incredible, est à la mesure du sens de l’innovation dont il a toujours fait preuve.
La force du GGQ depuis un demi-siècle est d’avoir su conforter ce statut d’ambassadeur de la musique noire américaine à l’échelle planétaire. Avec près d’une centaine de pays à son palmarès et de nombreuses tournées effectuées à travers l’Afrique et l’Asie à l’invitation du Département d’État américain, le Golden Gate est devenu depuis une véritable institution.
Avant tout, ce succès traduit la volonté constante du groupe de ne jamais rompre avec le besoin d’innover qui l’anime depuis ses débuts. À l’âge où d’autres penseraient à prendre leur retraite, le leader de la formation, Clyde Wright, entend poursuivre sur cette lancée. Après avoir contribué à faire le lien entre l’âge des spirituals et l’ère du gospel, après avoir annoncé la révolution hip-hop grâce aux longs monologues, ancêtres du rap, qui caractérisent son répertoire depuis des décennies, le Quartet aura démontré que la modernité de son art, à l’écart des modes, était le fruit d’un état d’esprit inaltérable.
Cet album gorgé de soul en est certainement la meilleure preuve.

Sebastian Danchin

Golden Gate Quartet - Incredible