Neal Black

(Website)

Neal touche sa première guitare à l’âge de sept ans à San Antonio (Texas). Après la country music, il découvre Johnny Winter, Hubert Sumlin, Link Wray, Les Ventures et Earl Hooker. Il passe ensuite quelques années dans une école de musique (dirigée par Jackie King et Herb Ellis) ce qui favorisera cette technique guitaristique extrêmement fluide qui le caractérise.

Très jeune, il devient professionnel et accompagne Jimmy Dawkins, Papa John Creach et Johnny Copeland. Il monte ensuite son propre groupe (Les Dogmen) et écume le Sud des États-Unis avant de s’établir à New York avec un nouveau combo (Neal Black & The Healers). C’est là qu’il enregistre ses deux premiers albums. Il réalisera le troisième au Texas où il retourne en 1998.

Le retour aux sources est hélas, également un come-back vers les ennuis, avec un shérif trop zélé pour un outlaw trop libre. Résultat des courses, ne pas passer la main mais passer la frontière. Le Mexique et Guadalajara pour un nouvel album désenchanté, poignant, qui sent l’exil. Neal “no probation” Black raconte une vie de route et jette comme des dès usés des émotions qui ne le sont pas.

Le plus court chemin de LA GRANGE à TIJUANA !!!

Albums

Before Daylight

Label: Dixiefrog
Distribution en France: Harmonia Mundi
Date de sortie en France: 01 Mars 2014

Avec ce nouvel album (qui célèbre vingt années de collaboration avec Dixiefrog) Neal Black se rapproche de l’univers de ses premiers enregistrements et l’on retrouve avec plaisir sa voix enrouée si particulière ainsi que son univers sombre et désabusé. « Before Daylight » nous rappelle également que si le jeu de guitare du pistolero texan peut rappeler Chris Rea ou Peter Green ses textes tirent carrément du côté de Bukowski !

Neal Black - Before Daylight

Sometimes the Truth

Label: Dixiefrog
Distribution en France: Harmonia Mundi
Date de sortie en France: 03 Mars 2011

Neal Black, chanteur, auteur-compositeur, guitariste blues rock texan, à moitié d’origine indienne, a passé 25 ans à électrifier le public dans le monde entier. Son style unique a été décrit par la critique comme étant du « High Voltage Texas Boogie ». Ses collaborations à la guitare incluent des légendes comme Jimmy Dawkins, Lucky Peterson, , Johnnie Johnson, The Chambers Brothers, Papa John Creach, Chuck Berry, John Sebastian (ex- Doors , Lovin Spoonful), Alabama Slim et bien d’autres. Depuis quelques années, il vit et travaille en France. “Sometimes the Truth” marquera une véritable étape dans la carrière du Texan de San-Antonio ! Neal a enregistré une partie de ce petit bijou à New York chez son ami Popa Chubby (qui chante sur trois titres et joue sur cinq) et l¹autre dans l’hexagone pour bénéficier des talents des frenchies (Nico « Wayne » Toussaint et Fred Chapellier).

Retrouvez ici son interview sur le site Blues Again.

Neal Black - Sometimes the Truth

Handful of rain

Label: Dixiefrog
Date de sortie en France: 01 Mars 2007

Le blues de Neal Black, Texan de San Antonio exilé au Mexique après un conflit avec le shérif local, est toujours âpre, rageur et mélancolique. Sa voix grattée à la paille de fer évoque Tom Waits enroué ou Howlin’ Wolf après une cartouche de Marlboro.

«Handful of rain» est dans la droite ligne des albums de Neal : une écriture qui égratigne, une vision du monde sans concessions, le tout joué avec la rage du désespoir. Les guitares déchirées brûlent comme une tequila sunrise trop raide.

La France, traditionnellement hospitalière pour les bluesmen américains, l’accueillera assez souvent sur les scènes hexagonales en 2007. Outre ses propres concerts et ceux qu’il réalise avec Blues Conspiracy (Neal Black, Nico Wayne Toussaint et Leadfoot Rivet) Neal partage souvent l’affiche avec Alabama Slim (artiste Music Maker), Fred Chapellier et Nina Van Horn.

Neal Black - Handful of rain

Gone back to texas

Label: Dixiefrog
Date de sortie en France: 01 Janvier 2007

Neal Black - Gone back to texas

Dreams Are For Losers

Label: Dixiefrogs
Date de sortie en France: 01 Janvier 2003

Neal Black - Dreams Are For Losers