Sara Alexander

(Website)

Sara Alexander est décédée le 28 mai 2009 à 7h à la Clinique du Parc Impérial à Nice. Née à Jérusalem, la chanteuse, auteure, compositrice était, depuis le début des années 1970, l’ambassadrice de la paix et du rapprochement entre Israéliens et Palestiniens.
Ayant enregistré une dizaine d’albums et publié deux livres au cours de sa longue carrière, elle avait quitté Israël au lendemain de la « Guerre des 6 Jours » pour s’installer en Provence, puis à Paris.
En novembre 2005, à la veille des émeutes en banlieue, elle avait entamé une tournée musicale dans les quartiers populaires d¹Ile de France, afin de contribuer à apaiser les tensions intercommunautaires.Tournée qu’elle avait dû interrompre à la suite d’un diagnostic de cancer avancé.
Elle s’est éteinte comme elle a vécu, en luttant avec amour et courage, entourée par sa famille et ses proches, travaillant encore quelques jours avant sa mort à la traduction en arabe d’un livre de poèmes avec le poète de Nazareth, George Farah.

Israélienne née à Jérusalem, cette fille d’immigrants turcs et roumains, juifs et tsiganes, placée dès l’enfance au carrefour de l’Orient et de l’Occident, s’abreuve naturellement à toutes les cultures de la Méditerranée.
Après des débuts dans la célèbre troupe israélienne Leakat HaNachal et sur les planches de Tel-Aviv, elle quitte Israël en 1967. Depuis, profondément nomade, sa musique ignore catégories et frontières.

Avec la complicité de musiciens eux aussi voyageurs et métisses, maniant arabesques du oud, du saz ou du ney comme sonorités électriques, sa voix chaleureuse et profonde de chanteuse de blues orientale et son accordéon lumineux et sensible voyagent des confins de la Grèce, de la Turquie, à l’Espagne, au Maghreb…Dans un pays imaginaire où épanchements tsiganes, langueurs orientales, humour klezmer et musiques actuelles se mêlent.

Ayant enregistré à ce jour plus d’une douzaine de disques personnels et collectifs, Sara Alexander, figure prophétique de la paix au Proche-Orient, a également publié en 1999 un livre-témoignage sur le rapprochement israélo-palestinien, Shalom ! Salam !

Son oeuvre, tant éthique que musicale, lui a valu de nombreuses distinctions dont, en mai 2000, le " Ethics & Meaning Foundation award "(New York) , en avril 1999, la Légion d’Honneur (Paris) , ou en 1990, le titre de Lauréate du Smithsonian Institute (Washington).

Sara Alexander et Métisse Music ont commencé à faire “cause commune” il y a environ trois ans. C’était lors de la préparation de la sortie de CAFE TURC (Al Sur). A l’écoute des maquettes et de la pré-production, nous avions été éblouis par la chaleur de cette musique mélodique, par la subtilité des arrangements et par la belle voix grave d’une femme de la Méditerranée.

Albums

Cafe Turc

Label: CD AL SUR - CDAL 256
Distribution en France: Next Music
Date de sortie en France: 01 Janvier 1999

Quand l’accordéon est bien joué, il prend souvent une place dominante face aux autres instruments et plus particulièrement aux cordes. Sara Alexander, quant à elle, sait en jouer tout en finesse et avec délicatesse. Son jeu reflète son approche de la vie : délicate et ferme à la fois, avec beaucoup de considération et de respect pour ceux et ce qui l’entoure .D’ailleurs son engagement pour les causes humanitaires, surtout concernant l’entente entre les peuples et plus particulièrement entre Palestiniens et Israeliens, lui a valu nombre d’éloges et de médailles. Mais il s’agit ici de la musique d’abord, pour Sara, pour nous et pour vous. Nous espérons que Sara Alexander et ses musiciens hors pairs aux origines divers – Afrique du Nord, Israel, Italie, Turquie, France – attireront ( même sans tapage de maisons de disques, sans énormes investissements en marketing – on peut toujours rêver !) toute l’attention des amateurs de musiques joyeuses et fines, des musiques qui racontent des histoires, qui font taper du pied, des mains, qui donnent envie de danser et de chanter, qui chauffent les coeurs.

Sara Alexander - Cafe Turc